Deux rennes se suivant

(Abri Morin, Pessac-sur-Dordogne, Gironde), -13 000 ans av. J.-C (Magdalénien), os, inventaire 88.47.51
Cette gravure, vieille de 15 000 ans, montre la maîtrise technique atteinte par les artistes de la Préhistoire. Les deux rennes sont en profil droit, incomplets : l’un n’est représenté que par la tête et l’avant-train, le second par le corps et l'arrière-train. La cassure du support, une côte refendue et polie, est ancienne.
 


Le premier renne a la cuisse arrondie, les pattes postérieures incomplètes, avec les jarrets bien dessinés et sur la jambe une ligne oblique qui est la corde du jarret. La patte droite est dirigée vers l'avant, la patte gauche vers l'arrière dans un mouvement de marche. Des lignes de hachures courtes et fines figurent le pelage sur la croupe, la cuisse et les pattes.
 
La tête du second renne est complète, sauf les bois dont seul le départ est conservé. Tendue en avant, elle est figurée avec un grand réalisme des détails : le mufle épais, le dessin précis du naseau et de la bouche, le renflement du front, l'œil avec le larmier, l'oreille courte et pointue.
Sur le poitrail des hachures représentent des poils. D'autres hachures de pelage sont dispersées sur le mufle, autour de l'œil, sur le front, la joue, le dos et l'encolure, sur la patte inachevée.
Cette patte antérieure droite, avec le genou bien marqué et la corde du jarret, est projetée en avant.
 
Les gravures reflètent la main d’un graveur expérimenté, maitrisant parfaitement sa technique et la qualité graphique de cette réalisation est exceptionnelle. De nombreuses œuvres d’art mobilier réalisée à la fin du Magdalénien sont hyperréalistes.