Bordeaux port(e) du monde : 1800-1939

Ce nouvel espace propose de découvrir les relations que la ville a entretenues avec le monde, de 1800 à 1939. A travers une nouvelle muséographie enrichie de vidéos et d’ambiances sonores, des centaines d’œuvres rappellent la richesse du patrimoine bordelais : peintures, sculptures, dessins, objets d’arts et de la vie quotidienne, affiches, films d’époque…

 

Un espace dédié à la tourmente révolutionnaire assure la transition avec les salles ouvertes en 2009 : « Bordeaux au XVIIIe siècle, le commerce atlantique et l’esclavage ». Bien que très touché au début du siècle par la perte de Saint Domingue et les guerres maritimes de la Révolution et de l’Empire, les relations intercontinentales vont reprendre progressivement.

 
 
Le port devient le moteur de l’économie bordelaise, avec les grands aménagements, le développement du négoce, l’âge d’or du chemin de fer et de l’industrie navale … 
 

Le négoce bordelais renforce ses activités vers les Amériques et l’Europe du Nord et multiplie les échanges avec les colonies : Afrique du nord et subsaharienne, Antilles, Indochine, Nouvelle-Calédonie et Chine.

 


Ce dynamisme a un effet considérable sur l’économie bordelaise et le développement des industries alimentaires grâce aux produits coloniaux. Les rues de la ville sont animées par tout un monde de marchands ambulants, colporteurs, artisans. La population ouvrière est très importante du fait des installations portuaires et ferroviaires et de la diversification des industries qui attirent aussi des populations immigrées.

Enfin, Bordeaux connaît d’importants travaux d’urbanisme : percement de grandes artères, ouverture des boulevards de ceinture.

Dossier de presse en pdf  <

Suite de la visite des salles du XIXe siècle :