Musée Goupil

Le musée Goupil a reçu le label « Musée de France » par le Ministère de la Culture en 1991.

Ce musée ne possède pas de salle d’exposition permanente et fonctionne comme un cabinet d’art graphique. La collection est uniquement accessible aux étudiants et aux chercheurs sur rendez-vous et sur demande motivée à son responsable, Régine Bigorne.

 

Consacré à l’image, à ses techniques et à ses usages au XIXe siècle, le fonds de la maison Goupil est issu d'une dynastie d’éditeurs d’art internationaux basés à Paris et actifs de 1827 à 1920.

A la liquidation de la maison Goupil, un marchand d’art bordelais, Vincent Imberti, rachète le fonds qu’il ramène à Bordeaux. En 1987, à sa mort, son petit-fils, Guy Imberti, fait don à la ville de Bordeaux d’un ensemble de photographies. En 1990, il lui vend le reste des images, des cuivres gravés, des pierres lithographiques, etc. La ville décide alors de créer un musée qu’elle installe dans un bâtiment industriel du cours du Médoc.

Depuis fin 1998, le musée est hébergé au musée d’Aquitaine dont il dépend administrativement. Bien que ses collections soient détachées du contexte local, il constitue un satellite actif de cette institution dont il complète l’offre culturelle par la dimension historique, sociologique et technique de ses collections.

Les collections Goupil se constituent de 70 000 photographies, 46 000 estampes, 7 200 matrices (cuivres gravés, pierres lithographiques, blocs typogravures et chromotypogravures, négatifs sur verre), 1000 livres et revues illustrées, 15 mètres linéaires d’archives diverses.

Unique au monde, l’ensemble de la collection constitue la vraie force du musée Goupil ; la masse critique qu’il représente permet de travailler sur l’image et ses usages, sans préjuger de leur contenu idéologique ou de leurs qualités artistiques. Ce phénomène est d’autant plus intéressant qu’il porte en lui des interrogations très actuelles, à l’heure où les nouvelles technologies de la communication provoquent une nouvelle révolution des images. L’estampe et le multiple, sous leurs formes traditionnelles ou plus contemporaines, connaissent une très grande actualité, que ce soit auprès des historiens d’art ou des acteurs de la création contemporaine (artistes, critiques, conservateurs, collectionneurs). La collection du musée Goupil suscite à la fois l’intérêt des historiens d’art (surtout pour sa dimension sociologique et anthropologique, reflétant la naissance au XIXe siècle d’une culture de masse basée sur les images) et la curiosité du monde contemporain.

Une bibliothèque spécialisée dans le XIXe siècle (histoire, art et techniques de reproduction et de diffusion) est propre à Goupil : on y trouve également les études, les publications, la documentation ayant trait à la collection.

Pour tout renseignement sur la collection, veuillez contacter Régine Bigorne,
soit en remplissant le formulaire de contact, catégorie "conservation",
soit par téléphone au 05 56 01 69 42.

Pêle-mêle de la collection Goupil (montage réalisé par B. Tarrats)

Pêle-mêle de la collection Goupil (montage réalisé par B. Tarrats)