Colloque "La radicalisation des persécutions antisémites en France de l'automne 1943 au printemps 1944"

Colloque les 22 et 23 janvier à l'Auditorium du Musée d'Aquitaine - entrée libre
Mercredi 22 Janvier 2014, from 08:45 to 17:00
Responsable scientifique du colloque : Philippe Souleau, professeur d'histoire-géographie, doctorant CRH-EHESS. Coorganisation : Association cultuelle israélite de Gironde (ACIG) et Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie (AJPN)

À l’occasion du 70e anniversaire des rafles de Bordeaux de décembre 1943 et de janvier 1944 au cours desquelles le grand rabbin Joseph Cohen ainsi que le personnel de l’UGIF et du Consistoire sont arrêtés, la synagogue pillée et transformée en prison et les Juifs français livrés par le régime de Vichy à la police allemande… un colloque est organisé à Bordeaux, au musée d’Aquitaine, les 22 et 23 janvier 2014, à l’initiative du Consistoire israélite de la Gironde et de l’AJPN (Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie), consacré à la radicalisation des persécutions antisémites en France à partir de l’automne 1943.

 

>> Télécharger le programme en pdf  <<

 

Les axes privilégiés du colloque :

- Montrer, en regard de l’exemple de Bordeaux, que de nombreuses villes sont frappées au tournant de l’année 1943 par l’escalade de la répression : Marseille, par exemple, où le grand rabbin de Strasbourg René Hirschler est interpellé par la Sipo-SD, les locaux de l’UGIF et de la synagogue perquisitionnés, Grenoble où la synagogue est détruite le 23 décembre 1943 par des ultras de la collaboration et de nombreux Juifs appréhendés puis transférés à Drancy… Face au danger de plus en plus grand, de nombreux Juifs, en particulier les Français israélites, décident d’entrer dans la clandestinité, même si de profondes divisions sur la conduite à adopter subsistent au sein des institutions juives, même si la légalité reste le cadre pour de nombreuses familles.

- Analyser le processus de miliciarisation du régime exigé par les autorités allemandes et initié par la nomination de Darnand comme secrétaire général au maintien de l’ordre le 31 décembre 1943, les stratégies de la Sipo-SD qui décident à partir de la fin de l’été 1943 de supprimer les distinctions de nationalité dans la traque des Juifs et de procéder directement aux opérations de police, une escalade de la violence qui atteint son paroxysme avec le Kommando Drancy dirigé par Aloïs Brunner, les évolutions de la Section d’enquête et de contrôle, la direction policière du Commissariat général aux questions juives, qui sombre dans la haine et la cruauté. Cette radicalisation des persécutions antisémites touche également la gendarmerie et le fonctionnement de l’appareil judiciaire.

- Rappeler que de nombreux persécutés, à l'image de Boris Cyrulnik qui réussit à échapper à la vigilance de ses gardiens en se cachant dans les toilettes de la synagogue de Bordeaux avant d'être caché plusieurs mois sous une fausse identité dans le village de Camarsac, ont partout bénéficié de complicités pour se sauver des griffes policières d'autant que l'opinion réagit désormais plus énergiquement au sort réservé aux Juifs, protestations qui prennent parfois la forme de rassemblements publics devant les lieux d'enfermement, autres signes du fossé qui s’amplifie entre la population et le régime.

 

Déroulement des deux journées de colloque :

Mercredi 22 janvier

8 h.45 – Accueil des participants
9 h.15 – Allocutions d’ouverture avec François Hubert, directeur du Musée d’Aquitaine, Erick Aouizerate, président du Consistoire israélite de la Gironde, Olivier Dugrip, recteur de l’académie de Bordeaux – chancelier des universités d’Aquitaine
9 h.30 – Introduction scientifique par Philippe Souleau, professeur d’histoire-géographie, doctorant, CRH, EHESS

Première session : L’État français face aux persécutions antisémites
Président de séance : Vincent Hoffmann-Martinot, directeur de Sciences Po Bordeaux

9 h.50 – La Shoah en Europe, Jean-Marc Dreyfus, maître de conférences en histoire contemporaine, université de Manchester
10 h.10 – La Shoah : une « guerre » nazie contre « l’ennemi juif », Johann Chapoutot, maître de conférences en histoire contemporaine, université Pierre Mendès France – Grenoble II, membre de l’IUF
10 h.30 – En triste État : déclins et détournement de l’appareil administratif automne 1943 – été 1944, Marc Olivier Baruch, directeur d’études, CRH, EHESS
10 h.50 – L’attitude de la magistrature face à la radicalisation des persécutions, Alain Bancaud, chercheur associé – IHTP
11 h.10 – Les cheminots, la SNCF et la Shoah, Ludivine Broch, institut universitaire européen de Florence
11 h.30 – Discussions

12 h.20 – Déjeuner

Deuxième session : Les acteurs de la répression
Président de séance : Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne

14 h.00 – Les services de la Sipo-SD, une construction en mouvement, Thomas Fontaine, docteur en histoire, centre d’histoire sociale du XXe siècle, université Paris 1
14 h.20 – Le IVB4 et la chasse aux Juifs en France, été 1943 – été 1944, Tal Bruttmann, doctorant, CRH, EHESS
14 h.40 – La place et le rôle des polices françaises dans la répression antisémite, Jean-Marc Berlière, professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Bourgogne
15 h.00 – La gendarmerie, relais de la politique antisémite de Vichy, Benoît Haberbusch et Bernard Mouraz, Service historique de la Défense
15 h.20 – La répression judiciaire contre les Juifs sous le ministère Gabolde 1943-1944, Virginie Sansico, docteur en histoire, CRHQ, université de Caen
15 h.40 – Discussions

16 h.10 – Pause

Troisième session : Perspectives régionales
Présidente de séance : Sévérine Pacteau de Luze, maître de conférences honoraire en histoire contemporaine, Sciences Po Bordeaux

16 h.30 – Le cas marseillais de l’automne 1943 au printemps 1944 : la valise en partage !, Renée Dray-Bensoussan, professeur d’histoire contemporaine, IUFM Marseille, chercheur associée TELEMME
16 h.50 – Intensification et radicalisation des arrestations et des rafles entre Loire et Garonne 1943-1944, Paul Lévy, ancien directeur de recherche en histoire contemporaine, université de Poitiers
17 h.10 – L’administration française et la persécution des Juifs dans la région de Nancy 1943-1944, Jean-Pierre Harbulot, maître de conférences en histoire contemporaine, université Nancy 2
17 h.30 – Les Shoah en France. Été 1943 – été 1944, Alexandre Doulut, doctorant, université Paris VII
17 h.50 – Discussions

18 h.20 – Fin de la première journée

 

Jeudi 23 janvier 2014

8 h.45 – Accueil des participants

Quatrième session : Lecture microhistorique. Nouvelles approches de l’histoire de la Shoah à Bordeaux
Président de séance : Christophe Lastécouères, maître de conférences en histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne

9 h.00 – La préfecture régionale de Bordeaux face aux exigences de l’occupant en matière de persécutions antisémites, Philippe Souleau, professeur d’histoire-géographie, doctorant, CRH, EHESS
9 h.20 – 1153 Juifs à Auschwitz : étude prosopographique des déportés du convoi n° 66 du 20 janvier 1944, Nina Winograd, agrégée d’histoire, CRHQ, université de Caen
9 h.40 – De la mairie de Bordeaux à Auschwitz : le destin tragique du professeur Joseph Benzacar, Marc Malherbe, maître de conférences en histoire du droit, CAHD, université de Bordeaux
10 h.00 – Discussions

10 h.30 – Pause

10 h.50 – Table-ronde animée par Maurice Lugassy, coordinateur régional du Mémorial de la Shoah. Témoignages croisés de Boris Cyrulnik, Jacques Blanché et Jean-Claude Monzie

12 h.00 – Déjeuner

Cinquième session : Les Juifs et la société
Président de séance : Yann Delbrel, professeur d’histoire du droit, ISCJ, université de Bordeaux

13 h.30 – Face aux radicalisations de 1943-44: les voies de la riposte juive, Renée Poznanski, professeur d’histoire contemporaine, université Ben Gourion
13 h.50 – Les Français israélites face à la radicalisation des persécutions : perceptions et stratégies de survie, Muriel Pichon, docteur en histoire, université Toulouse Le Mirail
14 h.10 – Les formes de survie de l’appareil d’assistance aux populations juives traquées dans le Sud-Ouest, Michel Laffitte, docteur en histoire
14 h.30 – Discussions

15 h.00 – Pause

Sixième session : Solidarités, entraide et sauvetages

Président de séance : Marc Agostino, professeur émérite d’histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne

15 h.10 – Antisémitisme, réactivité sociale et résistance civile, Jacques Semelin, directeur de recherche au CNRS et professeur d’histoire contemporaine, Sciences Po Paris
15 h.30 – Face à la radicalisation de la fin de la guerre : une Eglise de France sous influence ?, Sylvie Bernay, docteur en histoire
15 h.50 – Terres de refuge et milieux protestants à l’épreuve de la durée de la Shoah, 1943-1944, Patrick Cabanel, professeur d’histoire contemporaine, université Toulouse Le Mirail
16 h.10 – Discussions

16 h.40 – Conclusion par Florent Brayard, directeur du CRH, EHESS-CNRS

17 h.00 – Fin du colloque

 

Comité scientifique du colloque :

Marc Agostino, professeur émérite d’histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne
Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne
Yann Delbrel, professeur d’histoire du droit, ISCJ, université de Bordeaux
Vincent Hoffmann-Martinot, directeur de Sciences Po Bordeaux
Anne Grynberg, professeur d’histoire contemporaine, INALCO
Christophe Lastécouères, maître de conférences en histoire contemporaine, CEMMC, université Bordeaux Montaigne
Séverine Pacteau de Luze, maître de conférence honoraire en histoire contemporaine, Sciences Po Bordeaux
Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, centre d’histoire sociale du XXe siècle, université Paris 1
Danièle Sabbah, maître de conférences en langue et littérature françaises, TELEM, université Bordeaux Montaigne
Responsable scientifique du colloque : Philippe Souleau, professeur d’histoire-géographie, doctorant, CRH, EHESS

 

Coorganisation

 

Association cultuelle israélite de Gironde
213, rue Sainte-Catherine
33000 Bordeaux
www.synagogue-bordeaux.com
              05 56 91 79 39

 

 

Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie
111, rue Belleville - 33000 Bordeaux
www.ajpn.org/rafles
09 51 44 89 44 87


 

 

Affiche du colloque 22-23 janvier 2014

Colloque "La radicalisation des persécutions antisémites en France de l'automne 1943 au printemps 1944"