La classe ouvrière c'est pas du cinéma | La départementalisation : une décolonisation ?

18e Rencontres cinématographiques, du 7 au 13 février
Mardi 08 Février 2022, 15:00

La départementalisation : une décolonisation ?

En guise d'introduction, projection du documentaire Les Seize de Basse Pointe, de Camille Mauduech (2008, 108 min).
La réalisatrice mêle « quête et enquête » pour le plaisir du spectateur. 1948. Basse-Pointe en Martinique, deux ans seulement après la loi de départementalisation. 16 Pointois coupeurs de canne sont présumés coupables de meurtre sur la personne de l'administrateur blanc créole Guy de Fabrique. Venu briser grève et émeute, il a été assassiné de 36 coups de couteaux.
Les seize, descendants d'esclaves africains, ou d’indiens, vont être jugés, défendus, soutenus lors d'un procès retentissant en métropole, trois ans plus tard. Bordeaux accueillera le procès, et les militants du Secours populaire et du Pcf , leurs avocats, accueilleront, eux, les accusés... Ce procès se transformera en tribune anti-colonialiste, jusqu'au bout... Camille Mauduech nous propose « une véritable archéologie de la mémoire coloniale » (Le Monde), nourrie d'investigations, d'archives, et de témoignages, d'espoir.

Cette projection introduira une table ronde, avec Carlos Agudelo, sociologue (chercheur associé à l’URMI), Christine Chivallon, géographe et anthropologue (CNRS, sous réserve), Francis Dupuy, anthropologue (université Toulouse Jean Jaurès), Rafael Lucas, spécialiste des mondes caribéens (université Bordeaux Montaigne) et Jean-Hugues Ratenon, député France Insoumise de la 5e circonscription de la Réunion.

Loi n° 46-451 du 19 mars 1946 : "Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane française sont érigées en départements français". Les "quatre vieilles colonies" issues du premier empire colonial français sont séparées de l'Empire colonial (qui va devenir Union française). La loi est adoptée à l’unanimité sur la proposition d'Aimé Césaire, jeune député de Fort-de-France. Cela se veut l’achèvement symbolique de "l’intégration". Ces territoires ont  désormais le droit à des préfets dépendant du ministère de l'intérieur. Mais le diable se cache toujours dans les détails. Les décrets d'application tardent et maintiennent des spécificités... Et 75 ans plus tard, les habitants nous disent que la décolonisation est loin d'être achevée et réclame un "droit d'inventaire". Pour ne prendre que cet exemple, le sentiment que le scandale de la Chlordécone n’aurait pas pu avoir cette ampleur et cette durée dans un département de la France continentale n’est-il pas justifié ? Cela mérite débat.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

---

Les 18e rencontres cinématographiques La classe ouvrière c'est pas du cinéma se tiennent à Bordeaux, du 7 au 13 février. Elles sont organisées par l'Espace Marx Aquitaine Bordeaux Gironde, et le programme complet est à retrouver sur le site de l’Utopia.

Au musée d'Aquitaine, rendez-vous pour d'autres rencontres :
Mercredi 9 février, 10 heures : Entretien avec Gilles Elie-Dit-Cosaque

Jeudi 10 février; 9 h 30 : Télétravail, attention danger
Vendredi 11 février, 10 heures : Carte blanche aux États généraux du film documentaire